Western dramedies

collectif GREMAUD / GURTNER / BOVAY

« Reines de beautés, old fellows, clin d’œil à Gina Rowlands, caravane et substances presque illicites, toute la mythologie de l’oncle Sam est ici convoquée dans un précipité à la chimie explosive. Une oeuvre joyeuse, troublante d’idiotie et parfaitement réjouissante. »

Hervé Pons, Les Inrocks

Créé après avoir suivi la mythique Route 66 entre Los Angeles et Oklahoma City afin de traverser « physiquement » le territoire d’inspirations que constitue cette Amérique fantasmatique, Western dramedies est une collection d’instantanés, comme autant d’hommages à la mélancolie des grands espaces.

Interprétation
Tiphanie Bovay-Klameth
François Gremaud
Michèle Gurtner
Samuel Pajand, Ruth Childs, Billie Bird (en alternance)

Création collective
collectif GREMAUD/GURTNER/BOVAY + Samuel Pajand

Lumières
Antoine Friderici

Musique
Samuel Pajand

Scénographie
Victor Roy

English coach
Ruth Childs

Technique
Stéphane Gattoni – Zinzoline

Couture
Severine Besson

Administration, production, diffusion
Michaël Monney
Noémie Doutreleau

Production
2b company

Coproduction
Arsenic, centre d’art scénique contemporain, Lausanne
Théâtre Saint-Gervais Genève

Soutiens
Ville de Lausanne
Loterie Romande
Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture
Ernst Göhner Stiftung
Pourcent culturel Migros
CORODIS

La 2b company est au bénéfice d’une Convention de Subvention du Canton de Vaud et d’un Contrat de Confiance de la Ville de Lausanne.

2014

  • 23 janvier — 2 février
    Arsenic, centre d'art scénique contemporain, Lausanne (CH)
  • 6 — 8 février
    Nouveau Monde, Fribourg (CH)
  • 18 — 21 mars
    Centre Culturel Suisse, Paris (CH)
  • 5 mai — 6 juin
    Plateforme TakeThat!, Gessneralle, Rotefabrik, Tanzhaus, Zurich (CH)
  • 7 — 18 octobre
    Saint-Gervais Genève le Théâtre (CH)
  • 27 — 29 novembre
    Manufacture Atlantique, Bordeaux (FR)

2015

  • 19 — 20 février
    Usine à Gaz, Nyon (CH)
  • 8 — 11 avril
    Théâtre National de Nice (FR)

2016

  • 21 — 22 mai
    Centre Pompidou - La Presque Intégrale « GREMAUD/GURTNER/BOVAY », Paris (FR)

2018

  • 12 — 14 avril
    Centre Pompidou, Paris (FR)
  • 9 juin
    Rétropresqu'tive 2b company, Théâtre de Vidy-Lausanne (CH)

2019

  • 15 — 16 février
    Théâtre Les Halles, Sierre (CH)

2022

  • 10 — 11 février
    Rétropresqu'tive GREMAUD/GURTNER/BOVAY, Nuithonie, Villars-sur-Glâne / Fribourg (CH)

Un précipité à la chimie explosive. Troublant d’idiotie et parfaitement réjouissant.
Hervé Pons, Les Inrockuptibles

Un voyage le long de la route 66, à la rencontre d’une Amérique mythique entre retrouvailles d’un vieux groupe folk, restaurateurs épiscopaliens et actrice diva. Le trio Gremaud/Gurtner/Bovay nous donne une belle leçon : ce n’est pas parce que c’est pop culture que c’est méprisable. Celui qui ne verrait sur scène que trois gugusses en perruque aurait bien tort, car l’air de rien c’est l’humain qui n’est pas un héros, qui n’a pas une vie extraordinaire, mais qui ose quand même exister, qui est réhabilité.
Audrey Santacroce, I/O Gazette

Le résultat est à la mesure des interprètes : drôle, décalé, attachant, sinon poignant.
Marie-Pierre Genecand, Le Temps

Les trois interprètes sont juste phénoménaux et la dramaturgie d’une grande finesse. Il y a un vrai goût pour le satyre déglingué. Ces saynètes, on les voit défiler à toute allure. On voit passer tour à tour des restaurateurs pieux qui fabriquent des frites en forme de crucifix, des paumées, dopées liftées qui rêvent de partir à l’aventure et cela alterne avec des chansons rauques et douces chantées live par Samuel Pajand – qui signe la musique du spectacle. On rit donc aux éclats.
Lou Lepori, Espace 2

Un road théâtre réussi.
Corinne Jaquiéry, La Liberté

Une galerie de personnages aussi drôles que touchants.
Eric Bulliard, La Gruyère

Outre leur jeu désopilant, la trouvaille des créateurs consiste à naviguer entre l’observation ethnographique de leurs sujets et l’expression amplifiée qu’ils lui donnent.
Katia Berger, La Tribune de Genève

Western dramedies est plein de folie et d’une empathie manifeste pour ses personnages totalement désinhibés. 
Anne Marsol, RTS

Une belle ôde à l’amitié et au plaisir de vivre. Envoûtant.
Marie-Sophie Péclard, L’Agenda